LE MOT DU CURE en mars

Marche de Carême et montée vers Pâques. Quitter notre zone de confort

Dans l’Église, en général : certes, d’une manière plus sociologique, consentir à cette sortie de chrétienté sans toutefois s’y résigner par lâcheté ou par démission. Le sel évangélique est là, comme la lumière du monde. Chercher, pour le trouver, l’unique Pain, sans faux-fuyants, ersatz, … Car Dieu s’est fait homme ! Et cet homme s’est fait le Pain de Dieu.

Dans notre église particulière : consentir à ce propos unifiant d’un évêque “Vis en communautés fraternelles et fais de nouveaux disciples “. Nous avons besoin en effet, en commun, de repères plus concrets qui nous engagent tous et chacun. Surtout quand la torpeur, l’insignifiance spirituelles menacent.

Dans notre paroisse dite du « Cœur du Christ » : Quatre massifs constituent notre Paroisse. Mettons que ce soit son génie propre pour ces temps qui sont les nôtres.

1-La source dégagée par « Alpha ». Ainsi pouvons-nous ne pas rester dans le « On a toujours fait comme ça ». Des chemins s’ouvrent dans les cœurs.

2-Le vide laissé par le Secours Catholique-Caritas France. Heureusement certains s’activent pour le combler et ré-inventer ce maillon-clé de l’Evangile.

3-La « retraite dans la vie » ré-active au milieu de nous le chemin de la prière chrétienne, il est vrai sans monopole. Elle est le milieu vivant de l’Évangile,de l’accès de Dieu à nous, de nous à Dieu. Soit « la sainteté » !

4-Initiative un peu folle, deux d’entre nous aspirent à susciter des fraternités en Christ, dans tel ou tel de nos villages. Ils n’ont pas voulu s’en tenir au désert spirituel. La foi soulève les montagnes. Encore nous faut-il les accompagner, voir relayer leur appel pour la part qui est ici la nôtre

Bonne montée vers la Pâque nouvelle et éternelle… Bernard Grenier

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*